JARDIROM, le jardin gallo-romain de Sèvres-Anxaumont

 

 Accueil

 

 Présentation

 

 Plantes de la collection

 

 AU FIL DES MOIS

 

 Belles plantes

 

 Faune du jardin

 

 Visite jardins romains

 

 Usages des plantes   

 

  Graines et plants

 

 Bibliographie  

 

  Visite du jardin    

 

  Liens

 

 Contact

 

Retour aux Sources

   

     Une prise de conscience s’ impose : nous ne pouvons pas rejeter la flore de chez nous hors de nos jardins. Certes, il ne s’ agit pas de délaisser totalement les plus belles plantes de Chine ou du Chili. Il ne s’agit pas non plus d’ignorer les résultats souvent remarquables obtenus par les hybrideurs. Mais il nous faut apprendre à connaître les belles plantes de chez nous. Nous pouvons aussi remonter dans le temps et voir quelles étaient les plantes connues au Moyen-Age. En fait, nous avons intérêt à remonter même jusqu’aux plantes gallo-romaines.

 

La flore locale spontanée

    Regardons autour de nous dans les pelouses, au bord des chemins, dans les bois. Nous y verrons quantité de belles fleurs dignes de nos jardins, comme la jacinthe des bois, la sauge des prés, la viorne obier. Consultons les flores pour enrichir nos connaissances. Et, si nous allons en montagne à la belle saison, nous serons émerveillés par l’éclat des fleurs, dans la pureté de leur forme naturelle, non “améliorée”.

 

Les plantes médiévales

    Les moines nous ont laissé la liste des plantes qu’ ils cultivaient et Charlemagne a dressé la liste de celles qu’ il voulait trouver en ses domaines. Ce sont souvent des plantes qui étaient utilisées pour leurs propriétés médicinales. Elles représentent notre patrimoine botanique et méritent à ce titre d’être conservées. On peut en visiter des collections dans les nombreux jardins médiévaux qui ont été reconstitués un peu partout en France.

 

Les plantes gallo-romaines

    En fait, les plantes connues au Moyen-Age l’étaient déjà à l’époque gallo-romaine, à de rares exceptions près. Le mérite des moines consiste surtout à avoir sauvegardé l’héritage de l’antiquité et à nous l’avoir transmis. Les Gaulois, et plus généralement les Celtes, connaissaient et utilisaient de nombreuses plantes soit locales, soit importées. A titre d’exemple, rappelons que l’orge  leur servait à préparer la cervoise, que le pastel des teinturiers leur donnait une belle couleur bleue ou que le gui du chêne était sacré pour eux. Les Romains ont répandu en Gaule l’ utilisation de beaucoup de plantes méditerranéennes, dont la vigne et l’olivier, ils ont même introduit des plantes qui provenaient de très loin, comme le pêcher, venu de Chine via la Perse. Leur apport a été considérable.

     Jusqu’à l’époque des grandes découvertes, ce patrimoine botanique gallo-romain a connu peu de changements. Il a marqué notre paysage pendant des siècles. A nous d’en prendre conscience et d’éviter qu’il ne soit oublié, dévalorisé, considéré nécessairement comme inférieur aux créations des hybrideurs et des généticiens, détrôné systématiquement par un patrimoine venu d’ailleurs !

 

     Oui, notre flore est belle ! Alors  respectons-la, apprenons à mieux la connaître et utilisons-la en raison de ses qualités.

HAUT  DE  PAGE.

Présentation du jardin

 Plaidoyer pour notre patrimoine    

  Retour aux sources   

  Rocaille  

  Principales plantes gallo-romaines