JARDIROM, le jardin gallo-romain de Sèvres-Anxaumont

 

 Accueil

 

 Présentation

 

 Plantes de la collection

 

 AU FIL DES MOIS

 

 Belles plantes

 

 Faune du jardin

 

 Visite jardins romains

 

 Usages des plantes   

 

  Graines et plants

 

 Bibliographie    

 

  Visite du jardin  

 

  Liens

 

 Contact

 

FAUNE DU JARDIN

  Une pelouse tondue régulièrement et traitée au désherbant sélectif ne présente que peu d’intérêt pour les insectes. Il en va de même pour une haie composée d’une seule espèce d’arbres ou arbustes, surtout s’il s’agit d’une espèce exotique comme le thuya. En effet, les insectes locaux ne sont pas adaptés aux plantes exotiques en général , à quelques exceptions près. Ils délaissent même souvent les variétés horticoles des plantes indigènes ; c’est le cas par exemple des roses doubles, qui ont transformé leurs étamines en pétales supplémentaires mais n’ont plus guère de pollen à offrir aux insectes.

    Par contre, si l’on cultive dans son jardin une grande variété de plantes indigènes sous la forme de l’espèce type, on peut constater que cela entraîne l’apparition de nombreux insectes.

    Cette abondance d’insectes ne signifie pas d’ailleurs qu’il devienne nécessaire d’avoir recours à des traitements chimiques pour s’en débarrasser, car un équilibre s’établit rapidement entre les diverses espèces d’insectes. De plus, la présence de nombreux insectes entraîne  inévitablement l’intervention de divers oiseaux et autres prédateurs. En fait, quand le jardin s’enrichit en plantes indigènes, il s’enrichit aussi inévitablement  en insectes et oiseaux !

    Pour une vue plus détaillée sur cette question, on peut se reporter par exemple au livre de Vincent ALBOUY, entomologiste : Le Jardin des Insectes (voir page “Bibliographie”).

Araignée
Cétoine
Couleuvres
Machaon
Moro-sphinx
Xylocope

Araignée

Cétoine

Couleuvres

Machaon

Moro-sphinx

Xylocope

HAUT  DE  PAGE.
Bombyle

Bombyle

Bourdon

Bourdon

Coccinelle

Coccinelle